lundi 25 septembre 2017

Récits de voyage #6 : La pologne et fin d'un voyage


Après la suède je me suis envolée pour la Pologne. Pour une fois j'ai pris l'avion, j'ai trouvé un billet d'avion pas cher, ce qui valait le coup de ne pas prendre le train pendant 2 jours. En train, aller en Pologne prend beaucoup de temps. Si à vol d'oiseau cela semble très proche, il n'y a pas tant de lignes que ça, et pas non plus de train à grande vitesse. Il faut donc prendre son mal en patience.

Je suis donc arrivée à Varsovie, capitale de la Pologne le 5 août. L’aéroport se trouvait assez éloigné de la ville. Il faut prendre le train ou le bus pour rejoindre la ville. A Varsovie je ne savais pas trop quoi faire, ni à quoi m'attendre. Je n'avais absolument pas prévu d'aller visiter cette ville. Une des raisons qui m'a poussé à aller en Pologne était la rumeur qui disait que la vie y était pas chère. Alors est-ce vrai ? Les auberges sont vraiment abordables, il est possible de se loger pour moins de dix euros la nuit. Je pense que pour les supermarchés sont environ le même prix mais pour manger dehors, ou bien aller au mcdo/burgerking/tout autre fast food de très bonne qualité, les prix sont beaucoup moins chers qu'en France. Environ 4€-5€ pour avoir un menu.

J'ai été très surprise par l'ambiance dans la ville. Si je devais découvrir la ville en un mot et ce qui m'a le plus frappé je dirais : les café. Il y a des cafés partout dans plein de petites ruelles. Je ne suis pas restée assez longtemps pour pouvoir bien connaître la ville. Mais j'ai aimé le calme qui y régnait.

L'été le long du Vistule vous pouvez trouver des plages aménagées, des bars, de la musique et même du sable ! Un autre coin agréable c'est, aussi surprenant que cela puisse paraître, la bibliothèque universitaire. C'est intéressant d'aller la voir, pas pour ses livres mais pour son toit et ses jardins, un endroit parfait pour s’asseoir, se relaxer et se détendre.


Krakow place centre ville

Après Varsovie et un très long voyage dans un train sans air climatisé j'ai fini par arriver à Cracovie. J'étais censé y aller au début de mon voyage mais j'avais changé mes plans au dernier moment. J'avais entendu parler de la ville par toute les personnes que je rencontrais, que des avis positifs. Il fallait donc que j'aille y faire un tour.  La Pologne, Varsovie comme Cracovie, est une destination qui mérite de s'y attarder. J'ai préféré Cracovie, le centre ville plus petit et avec plus de charme que Varsovie.

Je suis restée deux jours la-bas et j'ai visité principalement la vieille ville, à l’intérieur des remparts. Tous comme à Varsovie les auberges de jeunesse sont très abordable, environ 9€ la nuit. Lorsque je suis arrivée dans à Cracovie j'ai vite était surprise pour les petites ruelles et la grande place. C'est impossible de la louper, peu importe le chemin que vous prenez vous finirez toujours par y revenir. Dans les ruelles des voitures peuvent passer mais la plus part du temps c'est piéton ce qui donne une atmosphère particulière sympathique. Des rues pavées et des maisons couleur pastel ainsi que des chevaux partout décrirait parfaitement la ville.

Je ne suis pas aller à Auschwitz car je ne me pensais pas capable de le supporter à la place j'ai fait des visites de la ville. Si au début du voyage je n'aimais pas et je n'avais pas envie de faire des visites guidées de la ville, après ma première j'ai trouvé ça vraiment intéressant. Une manière facile, sympathique et abordable (voir gratuit) d'en savoir plus. La ville a une histoire importante et poignante avec l'occupation allemande, la Gestapo, le ghetto de l'autre coté du fleuve, l'usine de Schindler, il est dur de pas être touché par l'Histoire.


A Cracovie j'ai aussi eu l'expérience de perdre mon téléphone, enfin de le faire tomber dans l'eau. Optimiste en attendant de voir si le riz allait le sauver, j'ai du me débrouiller sans lui. C'est à ce moment que j'ai réalisé à quel point je me suis habitué à visiter/vivre avec lui. C'est aussi à ce moment que j'étais très heureuse d'avoir une montre au moins pour savoir l'heure ! Sans ma montre les choses auraient été encore plus compliquées. A Cracovie je connaissais la ville, ce n'était donc pas vraiment compliqué de me débrouiller, je devais juste m'habiller au fait de ne pas utiliser Snapchat/instagram/Messenger. Sauf qu'en quittant la ville c'est devenu un peu plus délicat.

architecture autriche


Je devais prendre un train de nuit, sans téléphone donc sans moyen de communication si jamais quelque chose m'arrivait. J'ai donc espéré que les personnes qui serait dans ma cabine serait sympathique et que tout se passerait bien. Ce qui s'est révélé être le cas, j'ai voyagé avec 5 autre filles qui faisait aussi interrail, elles venait d'Angleterre et d'Hollande. J'ai aussi du espérer que le contrôleur n'oublierait pas de me réveiller le lendemain matin car je n'avais rien pour mettre un réveil.

Les choses se sont corsées quand je suis arrivée à Vienne. Nouvelle ville, sans carte, je devais rejoindre mon auberge mais je savais pas comment y arriver. J'ai donc rusé : mon ordinateur et la connexion wifi du mcdo. Une fois arrivée à l'auberge, il n'avait pas de carte, l'auberge était à 40 minutes à pied du centre ville. Visiter la ville sans carte, sans savoir où aller ou même comment rentrer à l'auberge après s'être perdu m'a fait me rendre compte à quel point j'étais dépendante de mon téléphone. 

Deux jours après, mon téléphone ne marchait toujours pas. Je suis donc repartie, approximativement, à la recherche d'un magasin pour acheter un nouveau téléphone. J'ai donc pu découvrir un peu mieux vienne, en sachant cette fois-ci où aller et quoi voir. Au final je n'ai pas vraiment aimé Vienne, a part quelques bâtiments, je n'ai pas trouvé que la ville avait grand chose d'autre à offrir.

Je suis ensuite partie pour Budapest (à nouveau) avant de rentrer en France.

Etes vous déjà aller en Pologne ?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire